Interview fictive de Maupassant – TCs2

Video/Audio La Ficelle

A la fin du module sur La Ficelle, les élèves du Tronc Commun Sciences 2 ont imaginé l’interview suivante. C’est le prétexte pour moi d’évaluer leur compréhension de la nouvelle au programme, et pour eux de réinvestir ce qu’ils ont acquis sur Maupassant, sur le réalisme et sur l’intrigue.

Réalisée par Hiba C. & Kawtar F (Vidéo en mp4) :

Réalisée par Hiba C. & Kawtar F (Audio en mp3) :

Réalisée par Hiba F. & Nohayla K. (vidéo en mp4) :

Réalisée par Hiba F. & Nohayla K. (audio en mp3) :

Aujourd’hui, nous recevons Guy de Maupassant, un grand nouvelliste français du 19ème siècle. Notre rencontre sera centrée sur sa nouvelle La Ficelle, mais aussi sur sa Normandie natale.

Journaliste : Durant votre enfance, comment passiez-vous vos moments de loisir ?

Maupassant : C’étaient de bons souvenirs car toute mon enfance se passait avec des paysans et des pêcheurs. Cela m’a inspiré des histoires, telle celle de La Ficelle.

Journaliste : Donc le titre de votre nouvelle vient de la ficelle qu’utilisent les pêcheurs pour rapiécer leurs filets déchirés !

Maupassant : Mais non ! Mais non ! La ficelle c’est le licol qu’on met au cou des animaux !

Journaliste : Pouvez-vous nous résumer l’intrigue de cette nouvelle ?

Maupassant : C’est l’histoire de Hauchecorne, un vieil innocent accusé d’avoir ramassé un portefeuille et de l’avoir rendu par un complice.

Journaliste : Que c’est triste et injuste de la part de vos paysans normands !

Maupassant : C’est une habitude chez les Normands que de jouer des tours (des ficelles !) les uns aux autres. C’est un peu ce qui a déterminé le choix du titre de la nouvelle.

Journaliste : Pouvez-vous alors nous rapprocher de la personnalité de Hauchecorne et nous expliquer pourquoi avoir choisi un vieux comme « héros » de votre nouvelle ?

Maupassant : Si c’était un jeune, il imaginerait, il préparerait dans ses heures de solitude une autre ficelle qui pourrait retourner la situation contre ses accusateurs. De plus, un vieux qui souffre, qui est rejeté par sa communauté suscitera l’empathie de mes lecteurs. Permettez-moi de délimiter le sens de « héros » : c’est celui qui, dans la situation finale, trouve le bonheur grâce à son courage, à ses efforts. Je qualifierai le vieux Hauchecorne d’ « anti-héros » car ses efforts n’ont fait qu’empirer sa situation et compliquer sa défense.

Journaliste : Bien qu’on n’ait pas soulevé toutes les souffrances de ce Hauchecorne, moi, en tant que lecteur, j’ai eu les larmes aux yeux lorsqu’il est mort. Merci pour avoir imaginé cette intrigue.

Partagez l'article :

Copyrights © 2022 tantancours

Développé avec par ABOUHILAL BADR